[Protection de l’enfance] La CTG représentée au Comité national de suivi de la stratégie de prévention et de protection de l’enfance

Le Comité national de suivi de la stratégie de prévention et de protection de l’enfance (2020-2022) se tenait ce vendredi 19 juin 2020, soit près d’un mois après la transmission par Adrien Taquet, Secrétaire d’État à la Protection de l’Enfance, de la circulaire précisant, les objectifs, le calendrier et les financements des conventions tripartites. Ces conventions seront signées entre les Agences Régionales de Santé, les préfets et les 30 départements volontaires, dont la Guyane.

Cette rencontre réunissait le Secrétaire d’État, ses conseillers mais également l’ensemble des acteurs nationaux œuvrant en faveur de la protection de l’enfance (Observatoire National de le Protection de l’Enfance, Direction de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale, Agence Nationale de Solidarité etc.). L’élue déléguée, Audrey Marie, était invitée à y participer en visio-conférence en raison du contexte sanitaire actuel. L’occasion pour l’élue de la CTG de rappeler le contexte socio-démographique du territoire, marqué par plusieurs indicateurs (fort taux de grossesses de mères mineures, de familles monoparentales, de familles nombreuses mais également dans une situation de précarité) démontrant la nécessité d’une politique de prévention déterminée pour soutenir les familles et l’épanouissement des enfants tout en organisant la prise en charge de l’enfance en danger dans un parcours sans rupture.

Ce constat dressé, Audrey Marie a évoqué les projets en cours et qui s’inscrivent dans le cadre du premier schéma territorial de prévention et de protection de l’enfance, voté en mai dernier, à savoir :

  • le projet de création d’une Maison d’Enfants à Caractère Social (MECS) de 44 places sur le territoire de l’ouest où son utilité n’est plus à démontrer. Le projet fait d’ores et déjà l’objet d’un appel à projet.
  • le projet de mise en place d’un dispositif de placement éducatif à domicile (PEAD), à Kourou et à Saint-Laurent du Maroni. Les appels à candidatures devraient être lancés avant le 31 juillet 2020.
  • la création d’une vingtaine de postes d’assistants familiaux pour lesquels la campagne de recrutement a d’ores et déjà été lancée
  • la consolidation du dispositif d’accompagnement des grossesses précoces visant à lutter contre le décrochage scolaire, prévenir la maltraitance mais également à proposer un accompagnement à la contraception et une aide à la parentalité.
  • la généralisation des bilans de santé à destination des enfants âgés de 3-4 ans , visant à apprécier les compétences du jeune enfant relatives à l’autonomie, au comportement social, ou encore à la motricité, mais également à détecter d’éventuels  troubles du langage
  • la mise en place de mesures d’accompagnement social et familial et d’aides à la gestion du budget familial

Autant de projets en faveur desquels la Collectivité est entièrement mobilisée et dont la mise en œuvre se poursuit  aux côtés de différents partenaires sur le territoire.

Si les conventions tripartites devraient être signées d’ici le 15 octobre 2020 avec les 30 départements volontaires, en  décembre dernier déjà, la Guyane s’engageait en étant le deuxième territoire à accepter de contractualiser avec le gouvernement dans le cadre de la stratégie nationale de prévention et de protection de l’enfance 2019-2022 en faveur d’un renforcement de manière conjointe, des moyens de la prévention et la protection de l’enfance.

nec libero mattis ipsum amet, id quis, lectus accumsan
X