1000 tests sérologiques remis au directeur du CHAR pour les CDPS du haut Maroni et du haut Oyapock

MARIPASOULA, jeudi 9 Juillet 2020 : toujours anticiper et innover = le Président de la CTG a remis 1000 tests sérologiques au directeur du CHAR pour les CDPS (ex dispensaires) du haut Maroni et du haut Oyapock

Les populations du fleuve en dehors des villes n’ont pas accès à des laboratoires de biologie médicale ou à des sites de prélèvement classique PCR (prélèvement nasal).

Les tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) sont donc adaptés à notre contexte guyanais de l’intérieur et des habitants sur les fleuves: ils sont simples à réaliser (simple goutte de sang prélevée au bout du doigt), ils permettent de tester des personnes ayant eu des symptômes, celles ayant été en contact avec une personne malade sans avoir eux mêmes présenté de symptômes, celles ayant eu l’apparition des symptômes depuis au moins 7 à 15 jours.

La Haute Autorité de Santé (HAS) a défini les critères de performance exigibles pour les tests sérologiques COVID-19 et la stratégie d’utilisation des tests diagnostiques rapides (TDR) et les tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) dans la surveillance épidémiologique et la stratégie diagnostique.

Tous les tests sérologiques utilisés pour le diagnostic du COVID-19 reposent sur le même principe – la recherche dans le sang d’anticorps dirigés contre le virus. Pour autant, tous n’ont pas les mêmes caractéristiques ni a fortiori les mêmes usages. On distingue deux grandes catégories : les tests automatisables (de type ELISA), réalisés à partir d’une prise de sang et qui nécessitent un plateau technique adapté pour analyser les échantillons ; et les tests unitaires dits « rapides » (TROD), réalisés à partir d’une goutte de sang prélevée au bout du doigt et dont le résultat est rendu directement, en quelques minutes.

En permettant d’identifier les personnes qui sont ou ont été contaminées par le virus, les tests sérologiques ont leur place, d’une part dans la surveillance épidémiologique de la maladie, et d’autre part, dans la stratégie diagnostique, en complément du test virologique (par RT-PCR) qui reste pour l’heure le test de première intention pour le diagnostic de la phase aiguë du COVID-19.

L’éventail est immense des populations pour lesquelles un diagnostic par test sérologique automatisable serait pertinent : les personnes qui ont eu des symptômes mais qui n’ont pas réalisé de test virologique ; les personnes pour lesquelles le résultat du test par virologique négatif est contradictoire avec le tableau clinique ; les personnels des lieux d’hébergement collectifs, comme les établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes, les prisons, les résidences universitaires, etc.

Les TROD sont réalisables, sur prescription médicale (médecin de CDPS ou de PMI) dans davantage de lieux et par tout professionnel de santé (médecins, sages-femmes, infirmier(e)s, pharmaciens…) voire les membres formés de certaines associations qui pourraient les faire lors des missions fluviales puisque l’accès à un plateau technique de biologie médicale n’est pas accessible ni à un site de prélèvement RT PCR (prélèvement nasal).

« Les TROD sont des tests d’orientation diagnostique, et non des tests permettant de poser formellement le diagnostic de COVID-19, souligne encore la HAS. De ce fait, ils ne peuvent se substituer aux examens de biologie médicale réalisés en laboratoire. Il est nécessaire après un TROD positif de confirmer le résultat par un test sérologique ELISA ou TDR – tests de référence. »

Aliquam felis ut odio mattis diam velit, ipsum massa
X