Voeux du président de la CTG

Que faut-il retenir des vœux du Président de la Collectivité Territoriale de Guyane aux représentants de la société civile et des corps constitués de Guyane ?

Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité Territoriale de Guyane présentait ses vœux pour l’année 2020, aux représentants de  la société civile et des corps constitués de Guyane, en présence des vice-présidents et conseillers territoriaux, ce vendredi 17 janvier 2020 à l’hôtel territorial. Le discours prononcé par le président s’est voulu franc, plein d’optimisme pour la Guyane, son développement, sa jeunesse, sa multiculturalité, son avenir.

 

Voeux 2020

Après avoir salué l’ensemble des personnes de la société civile, Rodolphe Alexandre a adressé ses bons vœux à toute l’assemblée pour 2020.

Le président a souhaité l’apaisement et a affiché sa volonté de voir les Guyanaises et les Guyanais acteurs et bâtisseurs de leur territoire : “que la Guyane soit une société ouverte et dynamique qui retrouve ses valeurs de tolérance, de solidarité, vers une communauté de destin ne devant pas se replier sur elle-même mais au contraire que notre nation arc-en-ciel se serve de son melting-pot comme une force”.

 

Retour sur le Congrès des Élus du mardi 14 janvier 2020

Le président a tenu à faire le point sur le Congrès des Elus du 14 janvier dernier, il a mis en exergue le vote à l’unanimité, signe d’apaisement et d’une volonté commune de construire le territoire dans la bonne direction. Le président a rappelé qu’on ne badine pas avec la jeunesse et la réalisation de l’avenir de la Guyane.

Après avoir salué le travail mené par les membres de la commission et notamment les membres de sa majorité, le président a rappelé que les six mois supplémentaires permettront :

  • d’amender le travail réalisé, avec l’appui d’une assistance à maîtrise d’ouvrage
  • de présenter in fine sur des bases plus rigoureuses un projet d’évolution statutaire pour un nouvel avenir en Guyane

Le président s’est par ailleurs réjoui que les maires aient pris la parole pour présenter leurs réalités puis a souligné qu’il reconnaissait les compétences des EPCI et qu’il ne fallait pas les supprimer .

 

Bilan des quatre premières années de la CTG et perspectives pour 2020

Le Président a dressé un bilan des quatre années écoulées depuis la création de la CTG. La collectivité qui était d’un déficit de – 90 millions d’euros dégage aujourd’hui une capacité d’auto-financement de + 20 millions d’euros : ce véritable défi a pu être relevé grâce à un travail sans répit avec l’appui de ses services.

Des annonces ont ensuite été faites concernant les travaux de Balata lancés prochainement, ainsi que pour la Matourienne, le câble sous-marin allant du Portugal au Brésil pour gagner en autonomie, les archives territoriales bientôt inaugurées ou encore les maisons de solidarité, les lycées et les casernes.

Le président a réaffirmé son souhait de ré-évaluer les grandes dotations avant d’énoncer les grands défis en matière de développement économique : lors des états généraux, la population s’est notamment exprimée sur les besoins des filières bois, pêche, écotourisme, recherche, bio-cosmétique, agriculture.

  • le président a encouragé à structurer la petite pêche, la moderniser et incité à la consommation locale avant de suggérer que figure dans le projet Guyane, la taxation des personnes qui pêchent en zone guyanaise et profitent des ressources du territoire
  • le président a proposé qu’un débat démocratique sur les questions minières soit lancé : “il ne s’agit pas de brader ce poumon de la planète mais de ne pas mettre la Guyane sous cloche car la Guyane a le droit de se développer à partir de ses richesses, ce qui permettra d’engendrer des retombées fiscales et des créations d’emploi, dans le respect du cadre légal et de la protection de l’environnement”
  • le tourisme a également été évoqué. Le président a salué la finalisation du schéma régional : “la carte du tourisme doit être jouée car c’est un levier important de développement économique”

 

Enfin, le président a rendu hommage au sport et à la culture :

  • il a rappelé que la Guyane est un territoire qui voit naître des champions et que la Collectivité accompagne au quotidien les sportifs avec la mise en place d’infrastructures, de halls et équipements sportifs, de l’IFAS,…
  • il s’est félicité de la mise en place des journées des peuples autochtones, journée de transmission, de partage, de découverte de l’autre, de tolérance et a souhaité la mise en place de nombreux évènements culturels qui réunissent les communautés pour cette nouvelle année.

 

Cohésion et vivre ensemble

Le président a rappelé que pour plus de cohésion sociale, la CTG mène partout sur le territoire des projets sur fonds propres, même s’il ne s’agit pas toujours de ses compétences mais il fait ainsi le pari que l’Etat finira par accompagner la collectivité sur ces projets. C’est par exemple le cas de l’électrification des carbets dans les villages amérindiens : “tous les peuples de Guyane ont droit aux mêmes conditions de vie, avec l’électricité, l’eau potable, dans les communes intérieures comme sur le littoral, ainsi nous favoriserons la conciliation et la réconciliation”.

 

Enfin, le président a conclu par la citation du poème Invictus de William Ernest Henley, poème préféré de Nelson Mandela :

« Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme. »

En encourageant chaque Guyanaise et chaque Guyanais à être actrice et acteur de leur destin et à s’interroger sur ce qu’ils peuvent faire pour leur territoire, la Guyane.

 

La soirée s’est poursuivie par une animation musicale des élèves du conservatoire.

fringilla luctus odio Praesent libero velit, tempus massa libero. Nullam pulvinar accumsan
X