Visioconférence des présidents des Régions Ultra Périphériques (RUP)

Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité Territoriale de Guyane participait à une visioconférence des Présidents des Régions ultrapériphériques (RUP), organisée à l’initiative de la présidence mahoraise de la Conférence des présidents des Régions ultrapériphériques (CPRUP), ce mercredi 15 juillet 2020.

Une réunion qui a permis l’adoption d’une position politique commune sur « La relance et la résilience des Régions ultrapériphériques après la COVID-19 », juste avant la tenue du Conseil européen stratégique des 17 et 18 juillet 2020, au cours duquel les chefs d’État ou de gouvernement de l’Union Européenne pourraient parvenir à un accord sur le plan de relance européen et le prochain Cadre Financier Pluriannuel (2021-2027).

Une position adoptée qui vise à rappeler les défis auxquels les RUP sont confrontées face à la crise sanitaire, économique et sociale provoquée par la pandémie. Il s’agit également d’exposer leurs attentes et propositions pour la relance et de réitérer leurs principales revendications concernant le prochain Cadre Financier Pluriannuel.

L’envoi d’un courrier commun à Charles Michel, Président du Conseil Européen, a été acté, afin de refuser toute diminution du niveau de cofinancement pour les RUP et son maintien au taux historique de 85%.

Les Présidents ont également eu l’opportunité d’échanger avec la Commissaire européenne à la Cohésion et aux réformes, Madame Elisa FERREIRA, et avec l’eurodéputé Younous OMARJEE, président de la commission « Développement régional » du Parlement européen, qui endossent tous deux un rôle de premier plan dans les négociations en cours relatives à la politique de cohésion (FEDER, FSE…) post 2020.

Lors de ses interventions, le président de la Collectivité Territoriale de Guyane a :

  • Rappelé la situation de la Guyane, confrontée à des « retards structurels » en matière d’infrastructures de base/ essentielles à la population (accès à l’eau, assainissement, déchets, éducation, logement etc.)
  • Indiqué prendre acte avec intérêt des instruments/mesures de relance proposées par la Commission européenne et des crédits supplémentaires disponibles mais a prévenu qu’il serait vigilant sur la répartition des fonds, notamment au niveau national, et leurs modalités de mise en œuvre.
  • Rassuré sur notre capacité à présenter rapidement des dossiers/projets éligibles (les crédits additionnels devant être consommés d’ici fin 2023).
  • Abordé la question de la pêche et du POSEI agricole

sit risus ut Praesent elit. justo ut porta. commodo
X