[Lutte antivectorielle] Une “Opération Toussaint” pour se protéger contre le moustique tigre “Aedes Aegypti”, responsable de la dengue, du chikungunya, du zika et de la fièvre jaune

La Collectivité Territoriale de Guyane a en charge, la lutte anti-vectorielle et de démoustication du territoire afin de lutter contre la prolifération des moustiques vecteurs de maladies. Chaque année,  plus de 6 millions € sont investis par la CTG pour protéger les Guyanais des maladies transmises par les moustiques. Fin octobre et début novembre, comme chaque année, la CTG organise l’Opération Toussaint afin de sensibiliser la population.

En cette période de Toussaint, dans les cimetières les récipients tels que les vases, pots à bougies usagés et autres contenants contribuent à la prolifération de l’espèce « Aedes Aegypti » que l’on retrouve sur le territoire et qui est vecteur de la dengue, du chikungunya et du zika et de la fièvre jaune.

À ce titre, la CTG organise pendant les vacances de Toussaint, du 25 octobre au 07 novembre 2021, une campagne de communication en partenariat avec l’ARS, visant à sensibiliser la population guyanaise aux gestes de prévention et de lutte contre la prolifération des moustiques et notamment dans les cimetières.

Il s’agit là d’une action menée dans l’ensemble des départements d’Outre-mer et qui s’inscrit dans une dynamique de participation communautaire de lutte contre les moustiques.

Une journée d’action de prévention sera organisée le lundi 1er novembre 2021 dans plusieurs cimetières du territoire. Les agents des services de démoustication apporteront leur expertise à la population sur les actions préventives à effectuer pour endiguer la prolifération des gîtes larvaires, afin de continuer à lutter avec efficacité contre les maladies transmises par les moustiques, se protéger et protéger les autres.
La campagne de prévention se déroulera le lundi 1er novembre 2021 dans les cimetières de Cayenne, Rémire-Montjoly, Matoury, Macouria, Kourou, Sinnamary, Mana, Awala-Yalimapo, Saint-Laurent du-Maroni, Saint-Georges de l’Oyapock, Régina.

felis dolor ultricies quis ipsum mi, adipiscing non id,
X