Les assises de l’agriculture de Guyane 2020 se tiennent sur Cayenne

La première journée des assises générales de l’agriculture s’est déroulée ce lundi 30 novembre 2020 à l’Encre, sous la présidence de Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité Territoriale de Guyane, en présence des conseillers territoriaux Jocelyn Ho Tin Noé et Céline Régis, partageant tous deux la compétence de l’agriculture. Étaient également présents les vice-présidents Hélène Sirder, déléguée au développement durable, mines et énergie, Denis Burlot, délégué au développement économique et à la fiscalité, Rolande Chalco-Lefay, déléguée à la culture, au patrimoine et aux identités, Rémi Bochard, sous-préfet directeur général de la coordination et de l’animation territoriale de Guyane, Pierre Papadopoulos, Directeur Général des Territoires de la Mer (DGTM) de Guyane, Jacques Andrieu, directeur de l’Odeadom, Albert Siong, président de la chambre d’agriculture de Guyane, Antoine Primerose, président de l’Université de Guyane, Franck Roubaud, directeur de Guyane Développement Innovation (GDI), et de représentants et acteurs du monde agricole et agroalimentaire de Guyane.

Cette séance plénière réunissait plusieurs acteurs du monde agricole et agroalimentaire du territoire souhaitant notamment répondre aux objectifs suivants : 

  • Structurer la filière 
  • Accéder à la souveraineté alimentaire 

Dans son discours introductif, le président de la CTG a rappelé l’importance de la tenue de ces assises qui permettent d’élaborer la stratégie de développement des filières agricoles et agroalimentaires pour la période 2021/2027. 

Il a indiqué que l’accompagnement des acteurs de la filière se fera à travers 3 dispositifs : 

  • Le plan de relance lancé par l’État
  • Le POSEI dont le cadre financier sera débattu prochainement 
  • Le REACT-EU pour les projets structurants 

 

Ateliers thématiques  

 

Ce grand rendez-vous tant attendu s’est poursuivi par 6 tables rondes sous forme d’ateliers participatifs, avec des échanges francs et productifs qui ont animés les débats. 

 

Thématiques abordées : 

Atelier 1 – La gouvernance de l’économie est gracile et agroalimentaire de la Guyane  

Atelier 2 – Nécessite d’accompagner les acteurs de la formation continue 

Atelier 3 – Une filière animale qui a besoin de sa propre filière d’aliments pour le bétail 

Atelier 4 – La nécessite de structurer la filière végétale  

Atelier 5 – Soutenir l’innovation et l’agro-transformation 

Atelier 6- L’installation et l’accès au foncier 

Jocelyn Ho Tin Noé a indiqué qu’il s’agit d’anticiper les besoins alimentaires mais également de mettre un terme au cloisonnement administratifet s’est dit ravi que les assises déconcentrées menées dans les différents bassins aient fait l’objet de débats instructifs pour aller de l’avant. 

 

« Nous devons parler d’une même voix, il nous faudra fédérer, mutualiser pour mieux agir améliorer la compétitivité, innover avec des produits à hautes valeurs ajoutées et appuyer la petite agriculture familiale.  

 

Les opportunités sont à saisir et je crois en l’implication de tous. » 

 

Après des débats aussi francs que constructifs, une restitution des ateliers était présentée à l’assemblée. À son issue, plusieurs solutions étaient apportées afin de lever les freins rencontrés par la profession, dont le lancement d’une marque spécifique dédiée aux produits issus de l’agriculture locale.

 

Lancement de la marque ombrelle « Mangez Guyane » 

Le lancement de la marque ombrelle « Mangez Guyane » était annoncé et celle-ci fut présentée dans ses grandes lignes.

Permettant de reconnaître les produits agricoles et agroalimentaires locaux, il s’agit d’une marque collective ayant pour vocation de rassembler et fédérer les démarches existantes et avec pour bénéfice des économies d’échelles tant en moyen humains que financiers. 

Elle constituera un des éléments du renforcement et de la structuration des filières. 

 

Ensuite, le bureau d’études Strat’Emh a présenté les 7 axes définis sur lesquels se baseront la stratégie visant à structurer et développer la filière :

1- La gouvernance de l’économie agricole, agroalimentaire et alimentaire de Guyane

2- La formation décentralisée

3- Apporter un appui aux acteurs

4- L’urgence d’une filière d’aliments du bétail

5- Soutenir l’innovation avec CAPVALORA et l’agro-transformation

6- La bourse aux jeunes paysans

7- L’accès au foncier

Suite à la validation des axes de la stratégie agricole et agroalimentaire pour la période 2021/2027, le président de la Collectivité Territoriale de Guyane s’est exprimé en clôture de séance :

« Je remercie tous les acteurs du monde agricole pour les travaux réalisés tout au long de la journée. Les 7 axes proposés pour la structuration et le développement de la filière sont validés aujourd’hui, et les conclusions vous seront rapidement remises.

Nous allons miser sur l’accompagnement, les enjeux stratégiques et opérationnels, l’appui administratif que nous voulons mettre en place à travers une cellule d’appui pour accompagner au montage des dossiers.

Il nous faut arriver à fixer ensemble les stratégies pour le territoire.

Nous menons de front de nombreux chantiers sur le territoire, mais si chacun joue son rôle, nous devrions y arriver. »

Après cette première journée d’assises générales, demain, mardi 1er décembre 2020, une matinée dédiée à l’innovation se tiendra au Zéphyr, pour terminer ces assises de l’agriculture de Guyane, commencées dès le 23 novembre dernier dans les 5 bassins du territoires.

libero Sed commodo velit, fringilla Donec Praesent commodo ipsum consectetur
X