Gabriel Serville à l’écoute du Collectif des Parents d’Élèves de Guyane (CPEG)

Ce mardi 7 septembre 2021, le président de la Collectivité Territoriale de Guyane rencontrait le Collectif des Parents d’Élèves de Guyane (CPEG). Un échange dédié à faire un point d’étape sur la mise en œuvre des solutions proposées par la CTG en faveur de la scolarisation des élèves post 3ème concernés par une absence d’affectation.

« Nous voulons échanger avec vous, concernant les solutions que nous mettons en œuvre avec les services de la CTG, pour permettre la scolarisation des élèves n’ayant pas d’affectation, dans les meilleures conditions possibles. »

C’est par ces mots que le président Gabriel Serville a initié cette rencontre.

Une réponse est en effet désormais apportée en termes d’accueil  pour 362 élèves, grâce notamment à la mobilisation de locaux de l’OPRF à Matoury et à Kourou pour la rentrée 2021/2022.

« Mes services travaillent actuellement sur les autres questions associées à cette problématique, comme par exemple le transport des élèves depuis leur établissement de rattachement, la restauration, ou encore l’accès aux locaux annexes tels que les Centres d’Information et de Documentation (CDI). » a précisé le président de la CTG.

Une partie de l’échange a également porté sur les perspectives d’avenir.

« Il y a nécessité de poursuivre le dialogue avec le rectorat et les services de l’Etat. Notre territoire guyanais est plus que d’autres concerné par ces problèmes d’élèves non affectés et est confronté au défi de la scolarisation pour tous. Nous devrons très certainement aborder ces questions avec Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports, et Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer. » a insisté le président avant de faire part de son intention – afin d’anticiper la montée des effectifs – de solliciter les chiffres de l’éducation nationale, concernant les élèves qui devraient être scolarisés l’an prochain.

« Ne pas scolariser des enfants qui sont en droit de l’être, c’est prendre le risque de les mettre en difficulté et d’en payer les conséquences. » a-t-il conclu.

Phasellus at venenatis, massa velit, facilisis eleifend ut tempus sem, elit. felis
X