Électrification de l’école de Trois-Sauts grâce au projet « Piles solidaires »

Ce lundi 14 décembre 2020, se déroulait la restitution du projet « Piles solidaires 2019-2020 », initié en 2015 par l’éco-organisme Screlec, PV cycle et l’ONG de solidarité internationale « Électriciens sans frontières » et mis en place sur le territoire à la demande de la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG). Bien que les écoles primaires et maternelles ne relèvent pas de la compétence de la CTG, il s’agissait de répondre à un besoin réel et urgent en passant par un dispositif international.

 

Chaque année, depuis 2015, une collecte nationale de piles et petites batteries usagées est organisée dans les écoles et les collèges français. L’ensemble des piles collectées sont ensuite revendues et les euros collectés permettent de répondre à des problématiques d’électrification que peuvent rencontrer des écoles de par le monde.

 

Un projet pour l’électrification de l’école de Trois-Sauts

Pour la 5è édition de l’événement “Piles Solidaires”, c’est l’école du village de Zidock situé à Trois-Sauts, dans la commune de Camopi qui a été sélectionnée, seule école non électrifiée du territoire.

Le projet permettra de remédier à la problématique avec :

  • l’installation de panneaux photovoltaïques
  • le recyclage de l’ancienne installation (40 panneaux photovoltaïques usagés)

 

Restitution du projet

Le projet avec une double mission :

  • enseigner les enjeux du recyclage et les bons gestes de tri aux élèves
  • soutenir un projet de développement durable

Ce sont 1600 écoles et collèges français, dont 58 établissements de Guyane qui se sont mobilisés pour collecter 60 tonnes de piles, à partir de la solution de collecte et de recyclage de Screlec, « Batribox ». Ces tonnes de piles ont été converties en euros, à hauteur de 40 000 €, permettant ainsi le financement du projet.

 

Désormais, les 96 élèves de l’école de Trois-Sauts disposent d’un éclairage de 25 points lumineux et peuvent utiliser des équipements tels que :

  • des photocopieurs
  • des ordinateurs portables
  • une plastifieuse
  • un poste de musique
  • un vidéo projecteur

 

Hélène Sirder, 1ère vice-présidente déléguée au développement durable, aux mines et aux énergies, participait à la restitution de ce projet environnemental et solidaire soutenu par la CTG, la Communauté des Communes de l’Est Guyanais (CCEG) ainsi que la Mairie de Camopi.

La vice-présidente a remercié l’ensemble des participants sans qui ce projet n’aurait pu être réalisé, précisant qu’il s’agit de développement durable mais également de solidarité car il inculque des valeurs fondamentales dès le plus jeune âge, en contribuant également à l’aménagement du territoire ainsi qu’à son désenclavement.

La restitution s’est déroulée en présence, de la CCEG, des services du Rectorat, de la société coopérative d’intérêt collectif  Kwala-Faya, qui a réalisé les travaux d’électrification de l’école, de Laurent Labarthe, directeur général adjoint en charge du pôle aménagement, transports, développement durable des territoires, des services de la CTG en charge du dossier, et à distance, des organismes ayant œuvré à la réalisation du projet.

 

La CTG s’est engagée à poursuivre l’action de collecte de piles et de batteries usagées au sein des établissements scolaires de Guyane, dans le cadre de la Semaine Européenne du Développement Durable, en partenariat avec l’éco-organisme Screlec, le Rectorat, les Communautés de Communes de l’Est et l’Ouest Guyanais, l’ADEME, le Parc Amazonien et des associations de proximité.

Donec adipiscing elit. neque. odio felis lectus risus. leo Nullam quis, suscipit
X