Congrès National de la Nature- Bio-Plateaux-Jour 2

La délégation guyanaise a poursuivi, durant cette deuxième journée, les échanges avec plusieurs têtes de réseaux d’institutions et d’organisations non gouvernementales.

Jean-Paul Fereira, vice-président de la CTG, délégué au développement durable et à la transition énergétique et Sherly Alcin, conseillère territoriale, ont en effet participé à plusieurs tables rondes autour de thématiques variées parmi lesquelles les changements climatiques, l’éducation à l’environnement, la gouvernance des territoires ou encore la biodiversité.

C’est notamment dans ce cadre que le vice-président est intervenu sur la question de l’amélioration des connaissances du territoire.

« La Guyane est encore très mal connue »  a-t-il regretté avant de mettre en exergue les découvertes majeures effectuées chaque année sur le sujet de la Biodiversité terrestre ou marine, en citant notamment l’identification récente du récif amazonien en mer.

« Il y a nécessité de pouvoir localement avoir accès à l’ensemble de ces informations scientifiques pour nourrir la décision politique car la valorisation de la biodiversité ne peut s’appuyer que sur une bonne connaissance du territoire »  a-t-il poursuivi.

Le Vice-président a également insisté sur l’importance de la coopération régionale avec nos voisins du Surinam, du Guyana et de l’Amapa « La biodiversité comme les hommes ne s’arrêtent pas aux frontières ».

Autre temps fort de cette deuxième journée, la table ronde de haut-niveau sur le programme Bio-Plateaux organisée par l’Office de l’Eau de Guyane et réunissant les représentants officiels du Plateau des Guyanes.  Un temps d’échange entre les autorités des pays du Suriname, de l’Amapa, du Guyana et de la Guyane française autour de trois projets financés par des fonds européens gérés par la CTG.

  • le Projet Bio-Plateaux, financé par le Programme de Coopération Interreg Amazonie (PCIA) sous la coordination de la Collectivité Territoriale de Guyane qui a pour objectif de développer les partages d’informations sur l’eau et la biodiversité des milieux aquatiques entre la Guyane et ses voisins du Brésil et du Suriname, notamment sur les bassins versants respectifs de l’Oyapock et du Maroni.
  • le programme RENFORESAP piloté par le Parc amazonien de Guyane sur la gestion des espaces protégées du plateau des Guyanes.
  • le projet ECOSEO porté par le WWF qui a pour objectif la préservation des écosystèmes et des services qu’ils fournissent à l’échelle du plateau des Guyanes.

Les parties prenantes ont insisté sur les résultats très positifs de ces programmes et sur la nécessité de renforcer ces actions de coopérations sur l’ensemble du Plateau des Guyanes

Par ailleurs,  la délégation guyanaise est allée à la rencontre de plusieurs jeunes de Camopi, membres de la troupe des « Singes Hurleurs » qui a proposé une prestation dans le cadre de l’UICN autour de la thématique des animaux de la forêt  guyanaise et  les difficultés rencontrées par la jeunesse amérindienne.

 

© Office International de l’Eau

Nullam id, felis massa ipsum ut lectus consectetur tristique
X