[COMMUNIQUÉ] Avis du Comité Territorial Scientifique – réunion du 29 juin 2020

Ce lundi 29 juin 2020, le Comité Territorial scientifique, installé par la Collectivité Territoriale de  Guyane (CTG), s’est réuni autour de plusieurs questions majeures, relatives à la crise sanitaire liée au Covid-19.

À l’issue de cette rencontre, le comité est en capacité d’émettre un certain nombre de recommandations à destination des autorités sanitaires, fondées sur l’évaluation de la situation épidémiologique sur le territoire.

  • Mesures de confinement

Le comité préconise la poursuite de la mise en place d’un confinement sectorisé, ciblant les quartiers voire   communes fortement touchés  afin de limiter la propagation du virus. La piste d’une  dérogation accordée aux travailleurs pourrait être envisagée afin de limiter au maximum les flux de circulation intra et inter-communaux. Un durcissement des mesures que le comité juge indispensable et urgent au regard des prévisions relatives au pic de l’épidémie.

En effet, avec une tension maximale au niveau de l’offre de soins en réanimation prévue pour la troisième semaine du mois de juillet, toute mesure visant à durcir le confinement sera obsolète si elle n’intervient pas immédiatement.

  • Renforcement de l’offre de soin

Le comité alerte sur le danger que représenterait une politique de gestion de crise entièrement axée sur les mesures visant à limiter la propagation du virus.

Il rappelle que ces mesures ne sauraient à elles seules, permettre une gestion de crise efficiente.

Convaincu de cette doctrine, le comité exprime de nouveau l’absolue nécessité de l’installation  d’un hôpital militaire équivalent à celui implanté à Mulhouse, dans le Haut-Rhin alors confronté à une véritable tension au niveau de ses services de santé. Une situation d’épuisement de l’offre de soins que connaîtra inévitablement la Guyane  dans les prochaines semaines et qui doit être anticipée.

C’est, forte de cette conviction que la CTG poursuit son engagement concernant la montée en puissance et la diversification de la politique de tests, notamment s’agissant de la mise en place, de manière concertée, avec l’ARS et la Préfecture des TROD (Tests rapides d’orientation diagnostique), qui en raison d’une grande rapidité d’utilisation et du peu de matériel requis pour leur réalisation seraient accessibles dans les zones enclavées.

Enfin parce que la question d’une montée en puissance de l’offre de soins ne saurait être abordée sans passer par celle d’un renforcement des ressources humaines, la CTG mène actuellement un recensement actif des étudiants guyanais en médecine désireux de participer à la solidarité  locale en rejoignant les effectifs de soignants et étudie la mise en place de moyens d’accompagnement (transport, logements etc).

Donec et, mattis commodo efficitur. sed diam nunc dictum ut
X