Commission Permanente du 20 mai 2020

Ce mercredi 20 mai 2020, les élus de la Commission Permanente, chargée de statuer sur les affaires courantes de la collectivité, se penchaient sur plusieurs dossiers importants, relatifs à l’éducation, à l’aménagement, la jeunesse ou encore l’insertion.

Ainsi, les élus membres devaient notamment se prononcer sur un projet de mise à disposition d’outils numériques en faveur de la continuité éducative des publics en difficulté dans le contexte de crise sanitaire actuel.

Pour rappel,  les mesures prises pour lutter contre la propagation du Covid-19 impliquent depuis plusieurs mois  la fermeture des établissements scolaires et de facto, la mise en œuvre de la continuité pédagogique. Cependant, malgré l’implication des professeurs et personnels de l’éducation nationale, engagés dans l’accompagnement des élèves, un décrochage de ces élèves en situation de vulnérabilité, faute d’un accès optimal au numérique et/ou de l’appui de leurs parents a été observé.

Parce qu’elle a évidemment conscience que cette situation pourrait creuser les inégalités, la CTG s’engage aujourd’hui à travers une convention avec le rectorat et la préfecture afin de réduire la fracture numérique.

Ce projet se décline en quatre étapes :

  1. identification des élèves concernés : identifiés par les chefs d’établissement et les inspecteurs de l’Éducation nationale en charge d’une circonscription du premier degré et centralisé par le Rectorat.
  2. la mise à disposition du matériel informatique aux Établissements Publics Locaux d’Enseignement, grâce aux financements de l’État et de la Collectivité Territoriale de Guyane.
  3. Le prêt du matériel aux familles par les Établissements Publics Locaux d’Enseignement.
  4. La médiation numérique, afin de permettre aux élèves et leurs parents de s’approprier l’outil (Médiateurs numériques et enseignants des établissements publics locaux d’enseignement

Hélène Sirder, 1ere Vice-Présidente a insisté sur l’importance d’une approche territoriale dans la mise en place de cette action, en faveur d’un équipement le plus optimal possible des « communes éloignées ».

En outre, il s’agit également dans le cadre de l’engagement de la CTG sur cette question, d’accorder une subvention à l’association Guyaclic pour la gestion de la partie opérationnelle. Subvention qui fera, là aussi l’objet d’une convention.

Il appartenait donc aux élus de se prononcer sur ces deux projets d’accords-cadres, in fine adoptés à l’unanimité.

La mobilité et l’éducation au développement durable des jeunes encouragée

Autre dossier examiné ce jour, un projet porté par la CTG en faveur la mobilité des jeunes et l’application des Objectifs de Développement Durable énoncés par l’ONU, s’inscrivant dans le cadre de l’appel à projet Jeunesse VI du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères. L’objectif ? Encourager l’engagement des jeunes du plateau des Guyanes par le biais d’actions  privilégiant l’éducation au développement durable (gestion des déchets et des ressources naturelles, procédures de recyclage ou de valorisation des déchets, tout en préservant l’équilibre alimentaire etc). Un défi important que la CTG souhaite relever tant elle a la conviction que les jeunes doivent être les acteurs du changement.

Un projet qui a convaincu les membres de la commission permanente qui l’ont adopté à l’unanimité.

Il était également question d’actions relatives à la jeunesse dans le cadre d’un autre dossier examiné ce jour, relatif à l’attribution d’une subvention d’un montant de 387 099€ au Centre de Ressources Politique de la Ville (CRPV) pour la mise en place des dispositifs liés à la phase opérationnelle de la Démarche Jeunesse de la CTG.

Un dossier adopté, là aussi à l’unanimité.

Il était ensuite question d’aménagement avec un rapport relatif à la résiliation de la convention de Maîtrise d’ouvrage des acquisitions foncières de l’échangeur des Maringouins signée entre l’ETAT et la Région Guyane afin de permettre la mise en place d’une nouvelle convention entre l’Etat et l’EPFAG (Etablissement Public Foncier et d’Aménagement de la Guyane). Rapport adopté par les élus de la Commission Permanente.

Ces derniers ont également répondu favorablement au lancement de la deuxième ventilation relative à contrepartie financière 2020 de la CTG versée à l’Agence de Services et de paiement au titre du paiement associé des aides en co-financement du Programme de Développement Rural de la Guyane.

Enfin, l’octroi d’un financement au profit de l’association NE PLUS JETER dans le cadre de son atelier chantier d’insertion “Véti Recycle” 2020-2022 a également été adopté, dans le cadre de la politique d’accompagnement des actions en faveur de l’insertion, menée par la CTG.

fringilla eget venenatis Donec mattis at vulputate, tristique sem, mi, quis Curabitur
X