Ce qu’il faut retenir du comité scientifique territorial du 20 juillet 2020

Ce lundi 20 juillet 2020, le comité scientifique territorial, mis en place par la Collectivité Territoriale de Guyane au début de la crise sanitaire de la Covid-19, se réunissait afin de travailler sur l’ordre du jour suivant :

  • Présentation de l’application Synergis
  • Point stratégique sur l’analyse épidémiologique
  • Dépistage PCR et TROD : point sur le programme en cours et orientation
  • Point stratégique et recommandations sur les besoins en effectifs de personnel de santé en Guyane
  • Présentation du protocole de traitement en mode ouvert par le professeur Hermine
  • Recommandations de prise en charge pré-hospitalière et programme de mise à disposition d’oxymètres de pouls (URPS/CTG)
  • Feuille de route et innovation d’un CHU en Guyane

Présentation de l’application Synergis

Trois jeunes guyanais de la société « Synergy Group » (Anaïs Kong, architecte, Olivier Ozier-Lafontaine, ingénieur et Hugo Baudry, en charge de la communication et de la commercialisation) présentaient leur application d’identification de clusters sur le territoire, au comité scientifique territorial, ce lundi 20 juillet 2020 à l’hôtel territorial.

Une application qui permet, dans le cadre de la crise sanitaire,  d’identifier de manière précoce la naissance et le développement de nouveaux clusters afin de mener rapidement et efficacement des actions de prévention ciblées à l’échelle des quartiers telles que la distribution de masque ou encore l’intensification des campagnes de test.

Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité Territoriale de Guyane, et l’ensemble du comité scientifique se sont montrés très attentifs à cette présentation, indiquant que le même type de dispositif pourrait être mis en place pour le suivi d’autres virus sur le territoire, tel que celui de la dengue.

Analyse épidémiologique, intervention de l’Observatoire Régional de la Santé en Guyane (ORSG)

Le docteur en épidémiologie, Joseph Rwagitinywa, responsable du service études à l’ORSG, a présenté ce lundi 20 juillet 2020 au comité scientifique territorial, une analyse à posteriori de l’évolution de l’épidémie de la Covid-19 et de sa gestion en Guyane. Il a aussi fait part de recommandations.

Après avoir évoqué les stratégies de gestion de la Covid-19, les 4 indicateurs de surveillance épidémique, définis par le ministère de la santé pour surveiller l’épidémie et orienter les décisions, ont été rappelés :

  • Taux de positivité
  • Taux d’incidence
  • Nombre de reproduction du virus (R effectif)
  • Tension hospitalière

Une analyse de la situation sur le territoire a été faite et a conduit à la recommandation du maintien des restrictions au moins jusqu’au 31 juillet.

Le professeur a indiqué qu’il fallait désormais apprendre à vivre avec le virus, continuer à appliquer les gestes barrières, le port du masque afin de protéger les plus fragiles.

À la fin de son intervention, il a évoqué la préparation de la rentrée scolaire.

Présentation d’un protocole de traitement en mode ouvert par le professeur Olivier Hermine

Le professeur Olivier Hermine a présenté la mise en place du protocole thérapeutique sur volontariat pour les formes graves de Covid-19, (patients ayant besoin d’oxygène) ouvert sans placebo.  Un traitement à base de Dexamethasone + Tocilizumab dont l’objectif est d’éviter un passage en réanimation, et qui sera dispensé sur les 3 centres hospitaliers de Guyane.

Feuille de route et création d’un CHU en Guyane

Le comité s’est dit plus que favorable à la proposition de l’ouverture d’un CHU pour le territoire. Le professeur Olivier Hermine, qui sera missionné par l’Assemblée de Guyane afin de mené l’élaboration d’un dossier qui sera défendu auprès des plus hautes instances nationales, a réitéré la nécessité d’un document amendé par l’ensemble des acteurs de Guyane, pour plus de poids dans la concrétisation de ce beau projet.

Rodolphe Alexandre a conclu :

« Tous les parlementaires de la CTG, les maires, les collectifs… tout le monde est favorable à ce projet, je ne vois pas comment on pourrait nous diviser sur ce dossier C’est aussi l’occasion de réconcilier la population avec le monde médical. »

accumsan Lorem elementum Aenean ut ante. ut
X