[Assemblée Plénière du 5 mai 2021] Le décret relatif à la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie) amendé, une aide aux étudiants touchés par la précarité adoptée

Les élus de l’Assemblée de Guyane se réunissaient ce mercredi 5 mai 2021, en séance plénière. Une séance dédiée à l’examen de plusieurs dossiers cruciaux parmi lesquels, l’amendement du décret 2017-457 relatif à la PPE de Guyane en vue d’une révision simplifiée ou encore la mise en place d’actions de lutte contre la précarité estudiantine.

 

Crise migratoire

Mais c’est d’abord par un discours fort du Président Rodolphe Alexandre sur l’arrivée récente d’une centaine de réfugiés haïtiens qu’a débuté cette séance.

La Guyane a toujours été une terre d’accueil et de migration. Ma majorité et moi-même avons toujours mis en avant les notions de diversité, de pluriculturalité […] En Guyane, nous avons souvent au cours de notre historie connu des vagues migratoires et notre territoire, terre de tolérance, a toujours accueilli tout le monde. Mais aujourd’hui nous avons atteint un seuil !

Aujourd’hui, je crains que nous ne puissions amalgamer l’immigration actuelle à un trafic d’êtres humains ! J’ai donc interrogé l’ambassadeur de France au Suriname, M. Antoine Joly sur cette question. Comment peut-on affréter des avions de l’Etat, Surinam Airways,  pour aller chercher ces personnes et les laisser libres sans aucun contrôle une fois arrivées sur le sol surinamais.

Aujourd’hui près de 200 personnes sont à Albina à la frontière de la Guyane ! Comment peut-on être un État qui argue les droits de l’homme et autres chartes européennes et laisser ces personnes entrer sur le territoire en pleine crise sanitaire ? La Guyane a atteint aujourd’hui un seuil inacceptable ! Nous avons visiblement un problème de corruption vis-à- vis de l’État !

Aujourd’hui on m’informe que parmi ces migrants, il y aurait une centaine d’enfants  livrés à eux même, sans famille ! Je mets en garde l’État : si ces enfants entrent sur le territoire, ils devront être pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance, et la collectivité n’a pas les moyens nécessaires à cet accueil.

Aujourd’hui chacun doit assumer ses responsabilités ! Je vous demande donc que nous rédigions une motion à destination de l’Élysée.»

Après ce message fort du Président Rodolphe Alexandre, conforté par l’ensemble des Conseillers Territoriaux, la rédaction d’une motion de l’Assemblée de Guyane sur cette question majeure qui sera adressée au Gouvernement a été décidée.

 

Plusieurs rapports soumis à l’approbation de l’Assemblée de Guyane

Plusieurs rapports ont ensuite été soumis à l’approbation de l’Assemblée de Guyane, notamment celui relatif à l’amendement du décret 2017-457 relatif à la PPE de Guyane en vue d’une révision simplifiée.

Conformément aux décisions prises le 18 janvier 2021 lors d’une séance réunissant le Ministère de la Transition Ecologique, la Collectivité Territoriale de Guyane, les services déconcentrés de l’Etat et les représentants des professionnels de la filière énergie, la Programmation Pluriannuelle de Guyane en vigueur doit faire l’objet d’une révision simplifiée permise par l’article L141-4 du code de l’énergie.

Cette révision simplifiée a pour objectif :

  •  D’acter l’utilisation de bioliquides à la place du fioul en tant que combustible pour la future centrale du Larivot dès le début de son exploitation
  • De clarifier des points qui bloqueraient le développement de moyen de production à partir d’énergie renouvelable dans l’Ouest
  • D’acter une décision de la CRE en 2017 faisant consensus : la séparation des moyens de stockage des centrales de production d’énergie renouvelable intermittentes au profit d’un stockage centralisé piloté par le gestionnaire de réseau
  •  De clarifier les modalités de comptage des hectares pris en compte dans la limitation à 100Ha de photovoltaïque inscrite au Schéma d’Aménagement Régional

Aussi, parmi les objectifs de production d’électricité à partir de bioliquides ou d’énergies fossiles et la sécurisation de l’alimentation électrique figurent notamment :

1- le remplacement des capacités installées de la centrale thermique et des deux turbines à combustion situées à Dégrad-des-Cannes ainsi que de la turbine à combustion située à Kourou d’ici la fin de l’année 2023, par une centrale thermique dont la puissance totale de l’ordre de 120 MW permettant de répondre à des besoins estimés à 80 MW de base et 40 MW de pointe dans la région de Cayenne. Cette centrale est conçue pour fonctionner dès sa mise en service commerciale aux bioliquides, au gaz naturel et au fioul léger.

Cette centrale assure l’équilibre offre-demande et fournit les services système demandés par le gestionnaire de réseau. Cette centrale est appelée par le gestionnaire de réseau après les autres installations de production d’électricité renouvelables et de stockage valorisant une source de production locale. Une centrale photovoltaïque de 10 MW sans stockage est associée à cette centrale thermique.

2- La mise en place d’un plan d’approvisionnement en bioliquides durables, incluant un volet lié à la production locale en gaz du territoire d’ici 2023

La délibération relative à cet amendement a été approuvée à l’unanimité par les conseillers territoriaux.

 

Autre dossier majeur à l’ordre du jour : la mise en place d’actions de lutte contre la précarité estudiantine

Pour rappel, en 2020, sensibilisée sur la situation particulièrement précaire de nombreux étudiants hors de Guyane et donc dans une situation d’éloignement familial aggravée par la crise sanitaire, la CTG a attribué une aide exceptionnelle d’un montant forfaitaire de cinq cents euros (500 €).

Dans la continuité de ce dispositif, la CTG entend développer des initiatives de lutte contre la pauvreté estudiantine. Deux projets d’actions s’inscrivent d’ores et déjà dans cette politique d’aide :

  • la distribution de 750 paniers repas d’une valeur de 50 €/unité
  • l’attribution de 750 bons d’achat d’une valeur faciale de 200 € /unité

Le coût total du dispositif s’élèverait à cent quatre-vingt sept mille cinq cents euros (187 500 €) répartis comme suit :

  • 37 500 € pour les paniers repas
  • 150 000 € pour les bons d’achat

Cette action s’inscrira dans le cadre du partenariat initié avec le CLOUS depuis le mois de mars 2021. La liste des étudiants bénéficiaires de ce dispositif sera établie, sur recommandations du CLOUS Guyane, en raison de leur connaissance des problématiques étudiantes et de leur proximité avec ceux-ci. Le cas échéant, les établissements d’enseignement supérieur pourront émettre un avis complémentaire sur ce listing.

Il appartenait donc aux conseillers territoriaux de se prononcer ce jour sur ces projets d’actions et c’est pleinement convaincus par cette initiative que ces derniers ont adopté cette délibération à l’unanimité.

et, nec Sed facilisis at vel, luctus
X