Rencontre avec les puériculteurs

Ce jeudi 11 mai 2017, le Président de la Collectivité Territoriale de Guyane, Rodolphe ALEXANDRE, recevait, en présence de son Directeur Général Adjoint délégué à la prévention, à la solidarité et à la santé, Edouard PARUTA, et de sa Directrice Générale Adjointe déléguée aux ressources humaines, Marie-Line MIRTA, les puériculteurs de Guyane, afin, dans un premier temps, de prendre connaissance des difficultés rencontrées par ces agents, puis, dans un deuxième temps, jeter les bases d’une réflexion visant à résoudre ces problèmes.

 

Le puériculteur est un infirmier spécialisé dans les soins médicaux apportés aux bébés et aux enfants. Il joue également un rôle de prévention, d’éducation et de conseil auprès des parents.

Les puériculteurs présents ont tenu à tirer la sonnette d’alarme sur différents points :

  • Les puériculteurs, au nombre de 18, exerçant dans les différents centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI) du territoire (Digue Ronjon, Barrat, Macouria, Saint-Laurent…), se trouvent dans une situation d’épuisement, en raison notamment du manque d’effectifs. En effet, le nombre de consultations ne cessent d’augmenter (en l’espace d’un an, on constate que les dossiers ont doublé, voire triplé), et les puériculteurs doivent bien souvent aller au-delà de leurs missions, compte tenu de la précarité de la situation et de la détresse des patients qu’ils reçoivent.
  • Il y a un turn-over des médecins chefs trop important. En un dizaine d’années, six médecins chefs se sont ainsi succédés, et à l’heure actuelle, le poste est vacant.
  • Les conditions d’accueil de certains centres de PMI (Macouria et Matoury en particulier), et de travail sont jugées insatisfaisantes.
  • La titularisation des lauréats (2) au concours
  • Un manque de vaccins a également été évoqué.

Ainsi, afin de répondre aux besoins du secteur, les puériculteurs réclament la création de 6 postes supplémentaires, la création de nouveaux centres de PMI ainsi que la rénovation des centres existants.

Dans un premier temps, le Président s’est engagé à accélérer les procédures de titularisation et de création de poste pour les deux lauréats au concours, puis à créer un poste supplémentaire pour l’année 2017. Une planification des recrutements a également été fixée, de manière à prévoir la création de trois postes supplémentaires en 2018, et de deux postes en 2019.

Concernant la création de centres de PMI, Rodolphe ALEXANDRE a indiqué que deux nouveaux centres sont déjà sortis de terre dans les secteurs de Rémire-Montjoly et de Javouhey.

Un début de réflexion sur la répartition des effectifs, non plus par PMI, mais par bassins de vie, qui rentrerait dans une démarche de territorialisation, a également été lancé.

Une prochaine réunion, qui se déroulera cette fois en présence de la 7e Vice-présidente de la CTG déléguée à l’action sanitaire et médico-sociale, Catherine LEO, aura lieu le 23 mai prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *