Le projet d’interconnexion électrique du plateau des Guyanes ARCO NORTE franchit une nouvelle étape

Le 28 juin 2017, la banque interaméricaine de développement (BID), les quatre sociétés nationales d’électricité du Brésil (Electrobras), du Suriname (EBS), du Guyana (GEA) et de Guyane française (EDF-GF) et l’agence française de développement (AFD) se sont réunies à Paramaribo à l’occasion de la restitution de la 2ème phase de travaux de l’étude de faisabilité du projet d’interconnexion électrique du plateau des Guyanes, dit projet ARCO NORTE.

 
Ce projet vise à optimiser la production et la distribution énergétique du plateau en substituant aux petites centrales thermiques isolées actuelles un système hydro-électrique régional, profitant de l’important potentiel hydroélectrique du plateau des Guyanes, en particulier au Guyana. Il vise à terme à réduire la consommation d’énergies fossiles, améliorer la sécurité énergétique et la qualité de la distribution, puis, d’abaisser les coûts de production.
 
L’étude a été conduite sur la base d’un premier protocole d’accord signé entre les partenaires en 2013 et renouvelé en 2016 pour 3 ans. A l’initiative de la BID, la réunion qui s’est tenue le 28 juin a été élargie pour la première fois aux autorités publiques des 4 pays qui ont été invitées à signer une
déclaration commune.
 
La délégation française était composée des autorités de l’Etat et de la collectivité territoriale de Guyane (CTG), respectivement le secrétaire général pour les affaires régionales, M. Philippe LOOS représentant le préfet de Guyane, et la première Vice-Présidente de la collectivité territoriale de Guyane, Mme Hélène SIRDER représentant le président de la CTG ainsi que du directeur d’EDF, M. Augusto SOARES DOS REIS. La délégation était accompagnée par l’ambassadeur de France au Suriname et au Guyana, M. Antoine JOLY.

Le Suriname, le Guyana et le Brésil ont été représentés par les ministres en charge de l’énergie au Suriname et au Guyana et le représentant du ministère des affaires étrangères pour le Brésil.

 
L’ensemble des autorités présentes a félicité le processus engagé et l’importance de poursuivre le partenariat sur une base consolidée grâce à la déclaration conjointe.
 
Les représentants de l’Etat et de la CTG ont mis l’accent sur les travaux déjà conduits et ont souligné le double intérêt que présente le projet ARCO NORTE en termes de sécurisation du réseau d’une part et de développement des énergies renouvelables d’autre part.
 

Pour en savoir plus :
Première phase de l’étude à télécharger sur le site de la BID : « Component 1 – Baseline
Study » https://publications.iadb.org/handle/11319/7789

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *