Premier Comité de Pilotage de la future Maison du Cinéma en Guyane

Le premier Comité de pilotage pour la création en Guyane d’une Maison du Cinéma, co-présidé par le Préfet, Patrice Faure et la Vice-présidente de la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG), Rolande Chalco-Lefay s’est tenu ce vendredi 7 décembre 2018, à la préfecture de la Guyane, en présence du porteur du projet, Marc Barrat Président de l’Association G-CAM (Guyane Cinéma, Audiovisuel et Multimédia) et quelques partenaires institutionnels. Ce dispositif a vocation à accompagner la professionnalisation de la filière audiovisuelle territoriale.

Ce fut l’occasion pour la Vice-Présidente lors de son intervention, de souligner la volonté de la CTG de valoriser le 7ème art, notamment au travers de la relance du Bureau d’Accueil des Tournages, du projet de circuit touristique spécialement dédié au cinéma et de la mise en place d’un forum des métiers du cinéma et des services culturels.

Depuis 2009, les longs-métrages et séries de fictions ont généré près de 19 millions d’euros de dépenses sur le territoire. Ils ont été soutenus par la CTG à hauteur de 1,5 millions d’euros. Ces tournages qui représentent 2,7 millions d’euros en salaires, location ou hébergements, permettent également le développement d’une filière technique lié à l’audiovisuel sur le territoire.

Dédiée au soutien de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel en Guyane, la Maison du Cinéma entend s’articuler autour de 3 pôles d’activités diverses :

– Education à l’image (gestion des dispositifs Ecoles, Collèges, Lycées au cinéma).

– Accueil des tournages (Bureau d’accueil des tournages en partenariat avec la CTG rattachée au réseau Film France).

-Appui logistique à la production cinématographique en Guyane (Production et post production, parc locatif de matériel, espace locatif de stockage de mobiliers et accessoires décors, et accueil d’activités d’associations).

Outres ces dispositions, l’impact du projet se mesurera essentiellement au regard des activités menée dans le domaine de l’industrie cinématographique et des retombées économiques fiscales. Il permettra également la promotion de la Guyane au-delà du monde du cinéma. En association avec le projet d’incubateur audiovisuel de Saint-Laurent du Maroni, il aura très certainement un poids non négligeable sur le lien social et l’éducation à la citoyenneté. Coûts estimatifs du projet : Etude et chef de projet 157 827 euros et Investissement et fonctionnement : 1,5 M€ et 0,38M€.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X