Octobre Rose : Rencontre autour des enjeux du dépistage des cancers

Rendre saisissable les enjeux du dépistage des cancers. C’était l’objectif majeur de la conférence -débat qui se déroulait ce vendredi 27 septembre 2019, à l’Hôtel Territorial dans le cadre de l’évènement « Octobre Rose », pour lequel la Collectivité Territoriale de Guyane est engagée aux côtés du Centre Régional de Coordination de Dépistage des Cancers de Guyane (CRCDC), ex-AGDOC.

 

Une action de sensibilisation importante pensée avec l’accompagnement de professionnels de santé, venus expliquer l’importance que revêt le dépistage dans le traitement des cancers, un enjeu majeur de santé publique pour lequel la collectivité accompagne la structure locale.

Un soutien réaffirmé en ouverture de la rencontre par le Président Rodolphe Alexandre, qui a tenu à rappeler l’importance de démystifier le cancer, à fortiori, s’agissant des communautés reculées chez qui les croyances et autres préjugés entretiennent un certain nombre de tabous. Autres éléments abordés par le Président de la CTG : l’importance de la reconstruction psychologique après un cancer, mais également la nécessité pour tout à chacun de développer selon lui « une relation de vigilance avec son corps. »

Une intervention durant laquelle il n’a pas manqué d’adresser ses encouragements au Dr Michèle-Sandra Monlouis-Deva, Présidente du Centre Régional de Coordination de Dépistage des Cancers de Guyane, dont les missions qui sont désormais régies par un nouvel arrêté ont été présentées à l’occasion de cette rencontre. La structure régionale a donc notamment en charge :

  • la mise en œuvre harmonisée des programmes de dépistage (il en existe trois : un pour le cancer du sein, un pour le cancer colorectal, et enfin un pour le cancer du col de l’utérus).
  • les relations avec la population
  • le suivi de la population
  • les relations avec les professionnels de santé
  • l’évaluation des dispositifs
  • l’assurance qualité des dispositifs
  • la contribution à l’évolution du dépistage

Autant de défis entourant le dépistage que l’assemblée a ainsi pu saisir avant l’intervention du Dr Bertrand De Rochambeau, Gynécologue-Obstétricien et Président du Syndicat National des Gynécologues et Obstétriciens de France, venu aborder la  thématique : « Pourquoi le dépistage du Cancer du Col de l’Utérus sauve des vies ? ». L’occasion pour le professionnel de santé de rappeler qu’il s’agit là d’un modèle de cancer dépistable (via l’examen du  frottis) à un stade permettant d‘éviter qu’il ne se développe grâce une prise en charge adaptée. La suite de l’intervention, elle, aura porté sur les causes de ce cancer, sa prévalence, la tranche d’âge la plus touchée, l’évolution de la maladie, le parcours de soins etc.

C’est ensuite du cancer colorectal qu’il était question avec le Dr Balandougou Sylla, Hépato Gastro-Entérologue au CHAR, avec la thématique « le dépistage du Cancer Colorectal :  un geste simple qui peut sauver des vies ». Une intervention dédiée à expliquer là encore, l’importance du dépistage (via un test immunologique), suffisamment tôt, pour la réussite du traitement. En effet, s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10.  Le docteur s’est ensuite penché sur les signes qui doivent alerter, les causes de ce cancer, sa prévalence, la tranche d’âge la plus touchée, l’évolution de la maladie, ou encore le parcours de soins.

La rencontre s’est ensuite poursuivie avec la diffusion du documentaire « Comment vivre après le cancer », d’Alexandra Harnais, Présidente de l’Association Amazones en Martinique. Un film de 26 minutes qui s’intéresse aux femmes qui ont été touchées par un cancer du sein, à travers un projet artistique développé en Martinique par un groupe de femmes en rémission. L’objectif ? Briser le silence et les tabous autour de la maladie. Pour cela, ces femmes ont dévoilé leurs corps, avec leurs cicatrices et leurs blessures, et posé pour des photographes d’art  dans le but de réaliser une exposition grand public dédiée à interroger sur les normes sociales de la beauté.

Enfin, était proposé un reportage de Guyane la 1ère, intitulé « Cancer vivre malgré la maladie ». Un Témoignage de Catherine Fataccy, animatrice et éducatrice sportive qui lutte contre un cancer généralisé pour lequel une chimiothérapie à vie est nécessaire. Quatre minutes qui dressent le portrait d’une femme courageuse qui a accepté de vivre avec sa maladie au quotidien mais surtout d’accueillir cet état de santé en conservant un état d’esprit positif qui force l’admiration de son entourage et du corps médical qui l’entoure.

Quelques chiffres :

 Taux de participation au dépistage du cancer du sein en Guyane

  • 2012 : 44%
  • 2018 : 33%

Taux de participation au dépistage du cancer colorectal en Guyane

  • 2012 : 24 %
  • 2018 : 20 %

Taux de participation au dépistage du cancer de l’utérus en Guyane

  • 2012 : 53 %
  • 2017 : 36,6%

 

Le programme officiel de l’édition 2019 est consultable via le lien suivant

vel, justo ante. Sed quis, elit. massa
X