Mobilisation des Auto-Ecoles : la Collectivité Territoriale de Guyane débloque la situation

Mobilisation des Auto-Écoles : la CTG débloque la situation

Organisée à l’initiative du président de la CTG, Rodolphe Alexandre, la visite des sites de l’ancien hôpital Jean Martial et du Centre Sportif Georges Donzenac aura finalement permis qu’une solution menant vers une sortie de crise soit envisagée.

Après avoir reçu, hier matin, à l’Hôtel de la CTG, les gérants des auto-écoles de Guyane, sur les questions de revendications, au plan national, de la réforme du code de la route, et sur le plan local, des conditions d’exploitation du centre d’examen des élèves, le Président de la Collectivité Territoriale de Guyane avait chargé ses services de présenter aux professionnels ses premières propositions de sites, dès ce matin. Cette visite, très attendue, menée en compagnie de la DEAL (le passage du permis de conduire relevant des compétences de l’Etat) aura permis d’examiner in situ, les différentes pistes de transition sérieuses avancées par l’exécutif territorial, et ce, dans l’attente de la mise en place d’une option définitive.

Qu’il s’agisse, de l’ancien hôpital Jean Martial ou encore des abords du Centre Sportif Donzenac, les deux sites retenus ont été scrupuleusement examinés par l’intersyndicale attentive aux détails des aménagements en matière, d’accès aux parkings, de toilettes publiques, et de lieu d’abri des élèves. En effet, la question de la présence d’un agent de sécurité était au cœur des préoccupations exprimées ouvertement car la satisfaction de ce besoin crucial de sécurisation représente une des premières défaillances du centre d’examen actuel.

Après une concertation active sur le terrain, la perspective d’un maintien sur le site actuel de la cité Césaire a été évoquée. En effet, cette troisième voie aura émergé de l’émulation des différents partenaires présents sur place, constitue une option envisagée, sous réserve de la signature d’une convention avec la ville de Cayenne et qui préconiserait la réalisation d’un certain nombre de travaux d’aménagements et la mise en place de conditions d’exploitation améliorées (horaires, vigile).

Quelles que soit la décision définitive qui devrait être convenue prochainement avec l’Intersyndicale, les solutions proposées par le président de la CTG traduisent bien la volonté d’offrir un cadre convenable afin que les inspecteurs et examinateurs évaluent les candidats dans des conditions décentes et de favoriser les chances de réussite au permis en Guyane.

dapibus ut consequat. elit. libero nunc Nullam
X