L’arrivée des Pierrotains à Montjoly exposée en conférence

L’Histoire des Pierrotains et leur arrivée à Montjoly après la tragédie de Saint-Pierre

À l’initiative de l’Association des Pierrotains et Amis de Guyane de Rémire-Montjoly (APAGRM), le Maire de la ville de Saint-Pierre de la Martinique a été convié à une conférence-débat à l’hôtel de ville de Rémire-Montjoly dans le cadre de commémoration de l’éruption de la Montagne Pelée en 1902 en Martinique. Une tragédie qui marqua l’histoire et l’amitié entre les deux pays. À l’issue de cette tragédie, la Guyane manifesta son émotion et sa solidarité en mobilisant ses ressources au profit des sinistrés. En prévoyant de les accueillir sur son territoire et de leur offrir des terres et la possibilité de s’y établir. Aujourd’hui encore, le cours de l’histoire nous rapproche,  et nous permet de tisser des liens forts de solidarité.

Après les mots de bienvenue et de remerciements du président de l’APAGRM, Joël Lowinsky, et de  la 1ère adjointe au maire de Rémire-Montjoly, Patricia Léveillé, le maire de Saint-Pierre de la Martinique, Christian Rapha, s’est dit fier d’être présent et d’honorer ce rassemblement. Il a salué cette action de solidarité et de fraternité entre Rémire-Montjoly et Saint-Pierre. Trois conférenciers ont animé cette soirée, Corinne Plantin, docteur en géographie culturelle, Antoine Karam, historien et sénateur de Guyane, et Rodolphe Alexandre, historien et président de la Collectivité territoriale de Guyane (CTG), qui a apporté quelques témoignages historiques de cette tragédie.

Lors de cette conférence, Corinne Plantin a présenté l’avant éruption du volcan de 1848 à 1902  et la période précédant le départ des Pierrotains avant leur installation en Guyane. Dans son argumentaire, elle s’est intéressée aux phénomènes et aux conséquences migratoires. Antoine Karam a traité un volet sur l’arrivée des Pierrotains sur le territoire de Rémire-Montjoly en Guyane.

Pour sa part, Rodolphe Alexandre a apporté son éclairage sur l’arrivée et les conditions de cette arrivée dans notre région. Pour clore cette soirée, un ouvrage de 72 pages intitulé « L’installation des sinistrés martiniquais sur le domaine colonial de Montjoly de 1902 à 1903 » et édité par Rodolphe Alexandre a été distribué au public en fin de soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *