Achèvement de la formation des pilotes hélicoptères

Le 17 février 2016, les apprenants inscrits à la formation « préparation et accompagnement à la licence de pilote professionnel hélicoptère » ont été reçus par le président de la CTG. Les modalités de la reprise de cette formation qui a été interrompue, contre leur gré, en novembre 2014 étaient au cœur de cette requête importante. Lors de cette rencontre, Rodolphe Alexandre a tenu à rassurer les étudiants présents sur le fait qu’une aide individuelle à la formation, prélevée sur le reliquat des crédits prévus initialement, devrait être mise en place après validation par la Commission Permanente de la Collectivité de Guyane, afin de pouvoir leur assurer la possibilité de reprendre et parachever cette formation.

Suspendue pour des raisons techniques, (hélicoptère accidenté, problème de qualification de formateurs…), la question de l’achèvement de cette formation qui prépare au métier de pilote d’hélicoptère professionnel comporte un véritable caractère d’utilité publique compte tenu des enjeux pour le transport aérien et de la problématique de la desserte des communes de l’intérieur en Guyane. Faisant le constat des difficultés qui ont conduit à l’arrêt de cette formation initiée en mai 2013 avec la société GMSA et soutenue par un programme de financement intervenant dans la cadre du PO Fonds Social Européen 2007-2013, le président de la CTG a décidé d’accéder à la demande des pilotes.
En effet, après avoir apporté des précisions sur les prestations versées à la société et qui ne portaient que sur les prestations effectivement réalisées, le service fait ayant été préalablement vérifié avant toute tranche de paiement, le Président de la CTG a fait savoir qu’une somme, de manière exceptionnelle, serait accordée sur le montant des reliquats émanant du budget de l’opération globale.
Autrement dit, l’opération de financement des heures supplémentaires en vue de l’obtention du Certificat d’Aptitude Professionnelle des quatre pilotes (qui ont cependant, à l’issue de leur formation, obtenu leur licence de pilote d’hélicoptère pour des vols à titre privé) n’augmentera pas le budget initial prévu par la Collectivité Territoriale de Guyane.
Après consultation de ses services juridiques, le Président a part ailleurs conseillé aux élèves pilotes de prendre toutes les dispositions nécessaires afin de faire valoir leurs droits auprès de la société défaillante afin d’obtenir réparation pour les préjudices subis et dus aux retards dans le gain de leurs diplômes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X