Congrès Antilles-Guyane : l’Enfance et la Précarité au centre des débats

Le 5ème Congrès Antilles-Guyane des Infirmières et Puéricultrices placé sous le thème « Enfance et Précarité » s’est tenu le vendredi 6 octobre 2017 dans la salle des délibérations de l’Hôtel de Ville de Rémire-Montjoly. Plus d’une vingtaine de professionnels de santé et médico-sociaux ont présenté leurs problématiques et leurs attentes au cours de cette journée marquée par la présence de la présidente de l’Association des Infirmières Puéricultrices de Guyane (ADIP) également organisatrice de ce colloque, Anne Désiré en présence de deux invités d’honneur : la 5ème vice-présidente de la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG), Catherine Léo déléguée à l’Action sanitaire et Médico-sociale et le médecin pédiatre, Anne Fabre Chef du pôle Mère-Enfant du Centre Hospitalier Andrée Rosemon à Cayenne (CHAR) et quelques praticiens. La représentante de la PMI de la Martinique, Claire Sylvestre et celle de la Guadeloupe, Régine Pactole et de nombreux autres intervenants ont évoqué à tour de rôle, les problématiques récurrentes observées au sein de leurs territoires respectifs.

La 5ème vice-président de la de la CTG s’est exprimée au nom du président de la CTG retenu hors du département pour la préparation de la visite prochaine du président de la République, Emmanuel Macron et du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker dans le cadre de la XXIIème conférence des Régions Ultrapériphériques (RUP) qui se tiendra en Guyane. « Il faut se montrer attentif aux lignes de force de la nouvelle stratégie nationale de santé », préconise Catherine Léo. « Vous avez porté aux centre de vos préoccupations la question de l’Enfance et la précarité, en tenant en compte de vos préoccupations, de vos contraintes et de vos attentes », indique la vice-présidente en indiquant, « la contribution de ce congrès fera l’objet d’une attention particulière dans l’élaboration de nos futurs plans d’action et de nos objectifs ».

Au cours de ce séminaire, les difficultés rencontrées par la profession, notamment dans les communes les plus éloignées de Guyane et les propositions à mettre en œuvre ont été longuement débattues. Pour la profession, l’important est de créer des liens et resserrer le réseau pour partager nos connaissances et mieux travailler face aux différentes problématiques  liées à la précarité en PMI,  la monoparentalité, l’accompagnement des parents aux bonnes pratiques de la préparation des biberons, la grossesse et la période néonatale… Autres thèmes abordés par les professionnels de la santé de la mère et de l’enfant, les conditions de travail et les visites à domicile des infirmières-puéricultrices du Centre Hospitalier de l’Ouest Guyanais (CHOG), du CHAR et de la PMI, la précarité et l’obésité, les effets du mercure sur la population et le syndrome d’alcoolisation fœtale (manifestations cliniques et évaluations des risques) et la gestion des familles en situation de précarité suivis d’une présentation du nouveau Carnet de l’allaitement.

Enfin, face au groupe d’étudiantes infirmières-puéricultrices, la présidente de l’ADIP a souhaité que cette édition 2017 basée sur les inégalités sociales et de santé et de précarité apporte des réponses concrètes à l’intégration sociale, et qu’elle suscite de nouvelles vocations dans ce secteur médico-social, vecteur d’emplois dans notre région.

 

Synthèse des interventions de l’après-midi du 5éme Congrès Antilles-Guyane de Puéricultrices du 6 octobre 2017

Dans son intervention, M. Guilleau, Sage-femme au CHAR à Cayenne (Centre Hospitalier Andrée Rosemon) a souligné que la précarité avait une grande incidence sur le suivi des grossesses, en particulier sur les grossesses peu /pas suivies entraînant une augmentation des naissances prématurées et sans diagnostic anténatal pour certaines pathologies.

La diététicienne Mme Rohmer du CHAR, a mis l’accent sur les difficultés d’une alimentation équilibrée avec des budgets très modestes.

Le sujet suivant a présenté le nouveau Carnet d’allaitement qui sera joint au carnet de maternité déjà existant. Il a été présenté par Mme Bernard, Sage-femme Coordinatrice du Réseau Périnat de Guyane également issue d’un groupe de travail pluridisciplinaire, -un fascicule très imagé et riche en conseils-. Sa parution est prévue pour 2018. Dans ce cadre, une exposition sur ces différents métiers a eu lieu dans la hall d’entrée de l’hémicycle.

Nos collègues Puéricultrices de l’ADIP Guyane (Association des Infirmières Puéricultrices), Mmes Testu, Mainti et Bade ont insisté sur les répercussions du mercure sur les populations du fleuve, grandes consommatrices de poissons souvent ayant des taux de mercure au-dessus des normes recommandées et ayant une grande toxicité sur l’individu et le fœtus.

Le Professeur Verloes, Généticien à l’Hôpital Robert-Debré de Paris a insisté sur la physionomie et le développement psychomoteur perturbé des enfants concernés par le syndrome d’alcoolisme fœtal (SAF). Le dépistage est souvent difficile car la consommation d’alcool pendant la grossesse reste un sujet tabou.

Le discours du Professeur Verloes a été appuyé par l’intervention de Mme Stouvenel, Puéricultrice coordinatrice enfant vulnérable du Réseau Perinat de Guyane, qui a évoqué l’importance d’un dépistage précoce en partenariat avec l’Éducation Nationale. Une fiche de repérage est actuellement en cours de validation.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X