[COMMUNIQUÉ] Épidémie de virus Oropouche à Saül : la CTG et l’ARS mobilisées

Depuis le 11 aout, 37 cas cliniquement évocateurs (dont 7 cas confirmés sur 9 testés) de virus Oropouche ont été détectés dans la commune de Saül, il s’agit d’une première émergence du virus Oropouche en Guyane. Le pic des cas semble avoir été atteint mi-septembre.

Ce virus de la classe des arbovirus se transmet par des piqûres de moucherons et de moustiques. Il n’a jamais été observé de transmission directe du virus d’une personne à l’autre. Il provoque des symptômes ressemblant à ceux de la dengue après une période d’incubation de 4 à 8 jours (pouvant aller de 3 à 12 jours). Les symptômes sont : fièvre, maux de tête, courbatures, douleurs articulaires et des vomissements. Chez certains patients, elle entraîne des symptômes cliniques de méningite aseptique. A ce jour, la fièvre Oropouche n’a jamais entrainé de décès chez l’homme et tous les cas ont été guéris après un traitement symptomatique.

La lutte contre la propagation de ce virus procède principalement par l’élimination des gîtes larvaires (sites de ponte) à proximité des habitations humaines. Comme pour la dengue, les mesures de prévention passent par ces gestes simples :

  • Éliminer les endroits où l’eau peut stagner : petits détritus, encombrants, déchets …
  •  Se protéger individuellement contre les piqûres de moustiques et de moucherons pour éviter la transmission du virus, (dormir sous des moustiquaires fines pour se protéger du moucheron de petite taille, porter des vêtements longs et couvrants, se servir de répulsif)
  • En cas de forte fièvre, éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoires, consulter un médecin.

Une mission ARS – Institut Pasteur – CTG d’investigation entomologique menée par le service d’entomologie de l’Institut Pasteur, se rendra sur place ce mercredi 30 septembre.

sed dolor mattis justo venenatis Donec id, suscipit venenatis, mattis
X