Approbation du Schéma d’Aménagement Régional

Aujourd’hui, vendredi 8 juillet 2016, est paru au journal officiel, le décret portant approbation du Schéma d’Aménagement Régional. Cette date importante officialise l’entrée en vigueur du SAR, document majeur de planification et d’aménagement de la Guyane à l’horizon 2030, dont les orientations deviennent dorénavant applicables sur l’ensemble du territoire.

Désormais, la Guyane dispose d’un cadre  de référence, co-construit et donc partagé,  pour l’ensemble des politiques publiques d’aménagement et de développement du territoire menées en Guyane. Ce schéma détermine notamment la destination générale des différentes parties du territoire (ex : l’implantation des futurs espaces de développement, espaces agricoles, espaces d’activités économiques, espaces naturels…), l’implantation des grands équipements d’infrastructures et de transports (ex : infrastructures routières, aéroportuaires, équipements d’envergure régionale), la localisation préférentielle des extensions urbaines, des activités industrielles, portuaires, artisanales, agricoles, forestières, touristiques et relatives aux énergies renouvelables ainsi que celles relatives aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Face à l’immense défi démographique, à la nécessité de désenclavement, au double effort de rattrapage mais également d’anticipation des besoins, à la recherche d’un développement durable et harmonieux,  le SAR poursuit 5 objectifs majeurs :

  • Garantir la cohésion sociale et l’équilibre territorial de la Guyane ;
  • Rendre les infrastructures et services accessibles au plus grand nombre ;
  • Créer les conditions d’un développement économique endogène ;
  • Préserver et valoriser l’environnement et la biodiversité remarquables du territoire ;
  • Favoriser l’intégration de la Guyane dans son environnement régional sud-américain et caribéen.

Ces 5 objectifs devront être déclinés au sein des 6 territoires et bassins de vie que le SAR met en relief : le territoire du centre littoral ; les territoires du bas et du haut Maroni ; le territoire des Savanes ; le territoire de l’Est et le territoire cœur de Guyane.

Ainsi, la CTG va s’attacher maintenant à la mise en œuvre effective de ce SAR. A cette fin, la CTG mettra en place une commission de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre du SAR. Comme lors de l’élaboration de ce document, fruit de 4 années de travaux concertés, cette nouvelle commission réunira un large ensemble de partenaires, acteurs de l’aménagement et notamment les intercommunalités, les communes, les services de l’Etat, les chambres consulaires, les associations ou encore les socio-professionnels…

De plus, dans le but de faciliter la mise en compatibilité des documents d’urbanisme (SCOT ; PLU…) avec le SAR, la CTG engagera la rédaction d’un guide d’application afin de proposer à l’ensemble des acteurs concernés, un outil pédagogique et pratique, facilitant ainsi la compréhension par tous de ce document et de sa portée. A titre d’exemple, ce guide aidera les communes dans leur obligation à rendre, dans un délai de 3 ans, leurs documents d’urbanisme compatibles avec le SAR, même si les travaux d’élaboration ont d’ores et déjà œuvré en ce sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X