[AMENAGEMENT] Gabriel Serville, élu président de l’Etablissement Public Foncier et d’Aménagement de la Guyane

Gabriel Serville, président de la Collectivité Territoriale de Guyane, a été élu ce mardi 12 octobre 2021, président du Conseil d’Administration de l’Etablissement Public Foncier et d’Aménagement de la Guyane (EPFAG).

 Sophie Charles, maire de Saint-Laurent du Maroni et présidente de la Communauté des   Communes de l’Ouest Guyanais est nommée vice-présidente de l’établissement.

« Je remercie les membres du CA dont les suffrages se sont portés sur mon nom. À travers cette élection, j’entends privilégier la cohérence de mes engagements politiques et le respect du positionnement de la Collectivité Territoriale de Guyane au cœur de la dynamique d’aménagement du territoire.

Celle-ci a par ailleurs la responsabilité de l’aménagement économique à l’échelle du territoire qui au travers des grands outils de programmation comme le Schéma d’Aménagement Régional (SAR) ou la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) définit ce que sera le visage de la Guyane de demain.

Pour ma part, j’ai toujours placé au centre de mes préoccupations, une certaine idée du pacte social, fondée sur les notions de solidarité et de justice. Dans un territoire comme celui de la Guyane, il n’est pas pire inégalité que celle du logement. C’est pourquoi, j’entends inscrire plus que jamais l’EPFAG dans ses missions de production de foncier aménagé au profit des bailleurs sociaux. Il s’agit de toute évidence d’une des conditions de succès de la lutte que nous avons engagé contre l’habitat illégal et insalubre.

 

Je veillerai à ce que l’action de l’EPFAG se fasse en cohérence avec nos ambitions en matière de développement. Cet aménagement doit faire une place suffisante aux filières dont le poids demeurera prépondérant dans nos stratégies de développement. Je pense au minier, mais aussi et surtout à l’agriculture. La mise en place de la SAFER dans ce contexte, doit conduire à une accélération du rythme de production de foncier agricole sur la base d’une montée en puissance progressive. Ce mandat que vous m’aviez confié a vocation à être assumé en partenariat étroit avec les communes et les intercommunalités qui sont les acteurs de terrain incontournables de l’aménagement. L’État, tête de file de l’OIN est, lui, attendu au premier chef pour réussir le pari de l’aménagement et de la valorisation du foncier en Guyane. Nous devons être collectivement au rendez-vous que nous fixe l’évolution démographique de ce territoire. »

Gabriel Serville, président de la Collectivité Territoriale de Guyane

dapibus risus. massa nec adipiscing leo.
X