Aide Sociale à l’Enfance : la Collectivité Territoriale de Guyane ne cesse d’agir

En réponse à l’article visiblement peu documenté publié sur Guyaweb ce mercredi 11 décembre 2019, la Collectivité Territoriale de Guyane tenait à apporter les précisions suivantes.

La Collectivité Territoriale de Guyane a mis en priorité depuis 2016 la problématique de l’Aide Sociale à l’Enfance en Guyane, dont l’exécutif a découvert une situation plus qu’alarmante. Aujourd’hui, près de 800 enfants sont placés sous le tutorat du Président Rodolphe Alexandre et chaque situation délicate est traitée avec beaucoup d’attention mais aussi de précaution.

S’agissant de l’organisation interne et du service public qui doit être rendu, la Collectivité Territoriale de Guyane ne cesse d’être dans l’action, car il y a urgence à agir.

En particulier dans l’Ouest et dans les communes isolées, le problème de recrutement des éducateurs est récurrent mais a fait l’objet de mesures exceptionnelles :

  • publication des annonces dans de nombreuses revues spécialisées
  • recours à des agences spécialisées d’intérim au niveau national
  • amélioration des conditions de recrutement (rémunération, hébergement, conditions d’arrivée)

Le processus suit son cours à un rythme contraint. Tous les départements en France connaissent des difficultés de recrutement dans ce domaine, sans même rencontrer les spécificités guyanaises principalement lié à l’enclavement de certaines zones d’interventions. C’est pourquoi, le rapport d’orientation budgétaire de la CTG 2020 fixe comme objectif de proposer des dispositions plus complètes pour recruter les professionnels sociaux et médico sociaux de la Collectivité.

À ce problème de recrutement, il convient également d’évoquer le contexte démographique et social local. L’explosion démographique, en particulier dans l’Ouest, a conduit à une forte augmentation des enfants confiés à l’ASE dans un contexte de très forte vulnérabilité sociale des enfants, ce qui conduit également à un grand nombre d’informations préoccupantes reçues par la Collectivité et la Justice.

C’est pourquoi, le Président de la Collectivité Territorial de Guyane a pris la décision de :

  • lancer un appel à projets pour créer à St Laurent une Maison d’Enfants à Caractère Social (MECS) avec une unité d’hébergement d’urgence représentant un coût de fonctionnement de 3M€
  • renforcer les mesures d’aide éducative à domicile des familles (30 mesures créées pour St Laurent du Maroni et 30 à Kourou).

En parallèle, une recherche active de nouvelles assistantes familiales est engagée depuis plusieurs mois. Une dizaine de personnes sont identifiées et leur demande est en cours d’instruction à Saint-Laurent du Maroni. L’objectif annuel global pour la Guyane sera de recruter au moins 20 assistantes familiales supplémentaires par an dans les années qui viennent, de mieux les former et de mieux les accompagner. Un appel est donc lancé pour recueillir des candidat(e)s au métier d’assistant familial et les personnes qui souhaitent proposer leur candidature peuvent se rapprocher du Centre de PMI de leur commune.

Enfin, face à l’augmentation du nombre d’enfants confiés (762 aujourd’hui contre 290 en 2002 soit une multiplication par 2.5) et aux perspectives démographiques à venir, dans un contexte de vulnérabilité sociale des enfants 4 fois supérieur à celui de l’Hexagone, la CTG a présenté sa candidature à la contractualisation avec l’Etat dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie nationale de Prévention et de Protection de l’Enfance.

Le Président de la Collectivité Territoriale de Guyane et le Secrétaire d’Etat chargé de la Protection de l’Enfance, Adrien Taquet, ont ainsi signé le jeudi 05 décembre 2019 une lettre d’intention qui devra se concrétiser d’ici Mars prochain par un partenariat financier conséquent pour accompagner le rattrapage indispensable de l’offre de services et d’établissements de protection de l’enfance.

vulputate, mattis Sed mattis et, Lorem libero. ante. neque. libero
X