Le potentiel du pétrole et de l’or bleu guyanais en discussion à la Préfectur

Le Président de la CTG Rodolphe ALEXANDRE assistait au conseil maritime ultramarin de Guyane, ce vendredi 6 avril 2018 à la préfecture de Guyane, accompagné par la Vice-Présidente Hélène SIRDER et le Conseiller Territorial Jocelin HO TIN NOE. A l’initiative du secrétaire général pour les affaires régionales Philippe LOOS, cette réunion a eu pour enjeux la présentation de la demande d’autorisation d’ouverture de travaux de recherche d’hydrocarbures déposée par la société TOTAL E&P Guyane Française et la méthodologie de l’élaboration du document stratégique de bassin maritime. Le Préfet Patrice FAURE a introduit cette rencontre qui s’est déroulée en présence des représentants des acteurs du monde économique et de la recherche.

Dans son allocution, le Président Rodolphe ALEXANDRE a souhaité rappeler l’engagement politico-juridique menée par sa majorité pour la compétence territoriale minière, dont le dénouement a aujourd’hui permis l’ordre du jour de la réunion. Il a appuyé les propos du Préfet sur le fait que l’Etat en Guyane collaborait avec la CTG à l’avancement de ce dossier, chacun dans son terrain d’autorité, par complémentarité.

L’octroi de l’AOTM (autorisation d’ouverture de travaux en mer) pour l’entreprise TOTAL lui permettra la réalisation d’une campagne de 5 forages d’explorations au sein de la zone délimitée par le permis « Guyane Maritime ». Le premier sera décisif et déterminera la poursuite par les 4 autres. A la suite de cela, une demande de concession minière pourra être effectuée par la compagnie.

Les experts ont présenté les modalités de l’opération d’exploration qui sera réalisée par le groupe TOTAL. La prochaine action sera donc capitale pour la poursuite du dossier en Guyane, les premières études ayant eu des résultats plutôt engageants.

Cependant, avant son opérationnalité, il est nécessaire que le dossier de la demande soit validé par les autorités. Son dépôt a été réalisé en date du 16 mars 2018. Son instruction nécessitera la mise en œuvre d’une enquête publique qui passera par la consultation de 10 ensembles institutionnels dont les 15 communes du littoral guyanais, pendant une durée impartie par la loi, soit 1 mois.

La seconde partie de la rencontre portait sur la Stratégie nationale pour la mer et le littoral dont un volet spécifique pour les territoires ultramarins est en cours d’élaboration. Ce dispositif vise 4 objectifs : la transition écologique pour la mer et le littoral, le développement d’une économie bleue durable, le bon état écologique, la préservation d’un littoral attractif et le rayonnement de la France en tant que puissance maritime. La Guyane par son domaine maritime et sa position géopolitique, représente un enjeu pour cette politique du gouvernement.

 

libero. elit. ut fringilla felis amet, Praesent id felis
X