[COMMUNIQUÉ] : Sept enfants protégés par la Gendarmerie : l’ASE mobilisée

La CTG prend acte du communiqué de presse de la gendarmerie indiquant qu’aucun service public ne s’est mobilisé suite au retrait de 7 enfants laissés sans surveillance dans le quartier vampire de Saint-Laurent du Maroni.

Elle conteste fermement la prétendue absence de réactivité de ses services : le cadre éducatif d’astreinte de l’aide sociale à l’enfance a été informé de cette situation à 00 h 05 ( l’intervention de la gendarmerie a eu lieu à 22h). Il a immédiatement cherché une solution mais aucune des 23 familles d’accueil ne pouvait accueillir tout ou partie de cette fratrie, toutes dépassant largement leur capacité d’accueil autorisée. Il convenait donc de mettre en place un placement en urgence, ce qui a été fait dès le lendemain sur Sinnamary. Il n’était bien entendu pas envisageable de faire ce transfert en pleine nuit.

Le Président de la CTG félicite tout particulièrement l’équipe ASE de St Laurent pour sa gestion de nombreuses situations de ce type au quotidien et des 164 enfants suivis par 4 éducateurs.

L’interpellation de la gendarmerie reflète la situation difficile de la protection de l’enfance sur l’ouest : il y a beaucoup d’enfants à placer ; rappelons que plus d’une centaine d’enfants de l’ouest sont accueillis dans les communes du littoral donc loin de leurs familles alors que le but de l’aide sociale à l’enfance est de rétablir rapidement les liens entre les enfants et leur famille naturelle. On peut d’ailleurs s’interroger sur le retrait d’enfants sans avoir pris l’attache des leaders de la communauté du quartier ou la famille proche.

La collectivité prend ses responsabilités avec des mesures fortes en 2020 pour renforcer la protection de l’enfance en danger dans l’Ouest : création d’ici la fin de l’année d’une maison d’enfants à caractère social de 44 places, création d’un service de placement éducatif à domicile de 40 places également d’ici la fin de l’année, lancement d’une campagne de recrutement d’assistants familiaux avec pôle emploi, campagne de recrutement pour pourvoir les postes vacants de travailleurs sociaux de la CTG en particulier dans l’ouest. Ces mesures représentent un investissement financier de plus de 3,5M€ en année pleine.

D’autres mesures interviendront dans les années qui viennent avec la mise en œuvre du schéma territorial de prévention et de protection de l’enfance 2020-2024 approuvé par l’assemblée plénière de la collectivité en Mai dernier, et notamment un axe qui prévoit l’adoption de mesures adaptées au contexte particulier des communes isolées de notre territoire et à la diversité culturelle de la population guyanaise.

Enfin, la collectivité rappelle que la Protection de l’enfance est l’affaire de tous, et qu’il nous faut collectivement intervenir le plus en amont possible : tout citoyen peut et doit signaler une situation d’enfants en danger ou en risque de l’être.

Donec porta. felis id efficitur. venenatis, dolor. diam quis dictum ipsum
X